Retour à l'accueil - Centre de gestion 77 - Fonction publique territoriale

extranet des
collectivités

S'inscrire - Mot de passe oublié

Flash info

Formation sur la prospective financière et stratégie

Nous organisons les 18 et 19 septembre 2017 une session de formation ouverte aux élus et aux agents.


Lire la suite

Page d'accueil | Vous êtes dans : Concours / Examens > Présentation des concours > Le déroulement d’un concours

Le déroulement d’un concours

Un concours se décompose généralement en deux phases. Un aménagement des épreuves peut être prévu pour les candidats qui présentent un handicap.

L’admissibilité :

Elle prend souvent la forme d’épreuves écrites. Celles-ci sont anonymes et font l’objet d’une double correction. Pour certains concours, la réglementation prévoit des notes éliminatoires. Au vu des notes obtenues, le jury du concours arrête la liste des candidats admissibles qui sont autorisés à passer les épreuves d’admission.

L’admission :

Elle comporte essentiellement des épreuves orales et pour certains concours des épreuves sportives et facultatives (langues par exemple). A l’issue des épreuves d’admission, le jury arrête, dans la limite des places mises au concours, la liste des candidats admis par ordre alphabétique.
Tout candidat à un concours ou examen qui ne participe pas à l’une des épreuves obligatoires est éliminé.

L’aménagement des épreuves pour les candidats reconnus travailleurs handicapés :

Si aucune disposition législative n’oblige un candidat à la fonction publique à déclarer son handicap lors de son inscription à un concours ou à un examen, cette déclaration peut toutefois lui permettre de bénéficier de dérogations aux règles normales de déroulement des épreuves.

Ainsi, les candidats reconnus travailleurs handicapés ayant fait l’objet d’une orientation en milieu ordinaire de travail doivent, pour être admis à concourir à ce titre, produire la décision de la CDAPH Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées, ainsi qu’un certificat médical délivré par un médecin agréé par le préfet du département de leur lieu de résidence (compétent en matière de handicap), confirmant la compatibilité de leur handicap avec l’emploi auquel le concours ou l’examen professionnel donne accès.

L’aménagement d’épreuves (octroi d’un tiers temps supplémentaire, fractionnement des épreuves, aides humaines et techniques,…) sont accordés par le président du jury du concours ou de l’examen, sur demande du candidat accompagnée d’un certificat médical du médecin agréé, reconnu compétent en matière de handicap, précisant la nature des aménagements que nécessite son handicap.